Un couple franco-allemand qui s’essouffle

149 Views

Le 18e Conseil des ministres franco-allemand s’est tenu cette le 7 avril dernier à Metz, ville située dans un territoire au cœur des relations franco-allemandes, l’Alsace Moselle, longuement disputée par les deux Etats et aujourd’hui symbole de leur réconciliation.

Les enjeux de ce 18e Conseil, relevés par ce contexte local, étaient particulièrement forts, sur fond de crise des migrants et de danger terroriste, deux domaines sur lesquels les deux pays connaissent de profonds désaccords. L’intensification de la relation franco-allemande était aussi au menu, s’agissant des coopérations prioritaires pour la croissance et l’emploi, par le biais de l’échange culturel, linguistique, et de l’accroissement de la mobilité chez les jeunes.

Une grande messe symbolique plus qu’opérationnelle

Avec tant de sujets d’importance, ce Conseil des ministres n’aura pourtant pas permis d’avancées concrètes. Concernant la crise des migrants, aucune solution complémentaire à l’accord EU-Turquie n’a été avancée, alors même que le flux est loin d’avoir été endigué. La voie de la responsabilité en Europe sera celle de la mise en place d’un corps de garde-frontières et de garde-côtes européens, qui permettra la régulation de l’arrivée des migrants dans le respect des valeurs du droit d’asile qui sont celles des Etats membres de l’Union européenne.

Sur la question cruciale de lutte contre le terrorisme, même si l’on ne peut que se féliciter de la récente adoption de la directive sur le PNR, dans une version qui ne va pas aussi loin que celle défendue par le groupe ADLE, force est de constater que les Etats membres et en particulier la France et l’Allemagne ne vont pas au fond du problème pour élaborer une réponse de sécurité efficace aux attaques terroristes. Ainsi, le renforcement et l’extension des prérogatives de l’Agence de renseignement européenne, Europol n’a pas été évoqué, or, les carences en la matière ont été maintes fois constatées.

Même si la France et l’Allemagne se sont réengagé à renforcer leurs coopérations bilatérales dans de nombreux domaines, notamment par la mise en place d’un Conseil franco-allemand de l’intégration, aucun nouvel engagement sérieux n’a été pris sur les thématiques de jeunesse. L’incompréhension demeure après les signaux négatifs envoyés par la France dans sa remise en cause des classes bilingues, principal moteur de l’apprentissage de l’allemand.

“Il est temps que la France et l’Allemagne défendent des réponses communautaires”

La stagnation des relations franco-allemandes n’est pas uniquement un problème pour les deux pays. Par leur poids démographique, économique, politique et leur statut de Membres fondateurs, ils sont les moteurs d’une Europe encore largement – malheureusement – inter-gouvernementale. Leur mésentente ou, pire, l’ignorance qu’ils se manifestent sont particulièrement préjudiciables au moment où l’Union européenne doit faire face à des crises existentielles. Il est temps que les gouvernements nationaux, et singulièrement la France et l’Allemagne, prennent leurs responsabilités pour défendre les réponses communautaires nécessaires. Ce qui ne se passera sûrement pas comme des élections auront prochainement lieu dans les deux pays.

Tristan ATMANIA (@ATMANIATristan)

Photo: Présidence de la République

No comments

Young Democrats for Europe (YDE)
Jeunes Democrates Europeens (JDE)
YDE est l’aile jeunesse du parti européen. Nous acceptons le rôle clé des principes démocratiques, souligné dans le traité de Lisbonne et inscrit dans nos convictions politiques: démocratie, liberté, égalité, participation, durabilité et solidarité.

Nous contacter

    NOS PARTENAIRES